Data management : des compétences indispensables pour le biobanqueur

Parmi les données qui doivent se conserver au même titre que l'échantillon lui-même on a :

  • l'origine précise du prélèvement (date, lieu...)
  • l'historique du patient (pour un échantillon humain)
  • les conditions techniques du prélèvement, du transport, du stockage, etc.

Autant de données qui serviront aux chercheurs souhaitant travailler sur cet échantillon.

Le challenge du biobanking est donc de gérer les flux d'échantillons (du prélèvement jusqu'à l'utilisateur final) tout en garantissant la sauvegarde des données associées. Tout cela dans le respect des règles de bioéthique (anonymisation des données pour les échantillons humains par exemple).

Un Master Management des Biobanques pour s'adapter au métier de biobanqueur

L'ESTBB propose donc un modèle de formation au data management et à l'utilisation des bases de données : le Master Management des Biobanques

Des compétences multiples

Ce master permet à l'étudiant d'acquérir plusieurs compétences :

  • comprendre le principe d'un logiciel de base de données
  • savoir monter un cahier des charges pour décrire les besoins logiciels de gestion des données
  • interagir avec des fournisseurs pour choisir la solution logicielle la plus adaptée
  • pouvoir former les utilisateurs au logiciel retenu (techniciens...)

Le data management au cœur des missions en biobanques

Annaëlle a fait un stage dans le service de Biobanque interne à BioMérieux. Ses missions incluaient la formation des autres salariés de BioMérieux amenés à utiliser la base de données associées aux échantillons.

Audrey a travaillé dans le laboratoire de recherche publique CARMEN à Lyon. Elle est intervenue sur la structuration et la valorisation des échantillons biologiques du laboratoire. Dans ce cadre, elle a été entre autres chargée d'identifier une solution logicielle de data management et de la mettre en place dans le laboratoire.

Découvrez
l’actualité de l’ESTBB