Les débouchés après le Master Management des biobanques

Publié le 20 janvier 2016 Mis à jour le 7 octobre 2018

Les structures et les métiers accessibles après le diplôme sont variés.

Les débouchés

Un grand nombre de structures hébergent des biobanques :

  • bio-industries
  • laboratoires et biobanques hospitaliers
  • laboratoires académiques, agronomiques, vétérinaires...
  • associations de patients
  • conservatoires de biodiversité

Nombre de biobanques hébergeant des échantillons (humains, animaux, végétaux, bactéries...) :
  • en France : environ 200
  • en Europe : environ 1800

Quelques exemples de structures hébergeant une biobanque :
  • le Centre International de Recherche sur le Cancer à Lyon (dépendant de l'OMS)
  • les CHU de Lyon, Marseille, Paris...
  • l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille
  • le laboratoire du Généthon à Evry
  • l'Institut Pasteur à Paris
  • la UK Biobank en Grande-Bretagne
  • ...

Les compétences

stockageLes compétences demandées au niveau Master pour assurer le management d'une biobanque sont nombreuses et variées :
 
  • Coordonner les aspects techniques et scientifiques d'une biobanque : organiser la plateforme de stockage, coordonner un flux de biospécimens tracés et de qualité, conseiller les collecteurs et utilisateurs de biospécimens, assurer la sécurité des biospécimens pendant le stockage, proposer des services de transformation et d'analyse des biospécimens
  • Manager les données associées aux échantillons : sélectionner, mettre en place et coordonner un outil de gestion de données, assurer la sécurité et la traçabilité données associées aux biospécimens
  • Développer un système de Management Qualité : développer et implémenter le SMQ, se coordonner avec les autres biobanques similaires, assurer la qualité des biospécimens
  • Transférer des technologies et proposer des innovations technologiques : mettre en place des plateformes technologiques, participer à des programmes de recherche en science des biospécimens, innover...
  • Manager une équipe, un budget, des projets, une organisation : animer une équipe de techniciens, organiser et animer des réunions, communiquer sur l’activité de la biobanque, intégrer la biobanque dans des réseaux d’experts et de collections de biospécimens, gérer un budget, développer et conduire des projets...
  • Communiquer, intégrer la biobanque dans les réseaux d'experts internationaux : participer à des colloques, congrès...
  • Appliquer la législation, la déontologie et les règles d'éthique relatives aux biobanques

Les métiers

Les métiers accessibles après le diplôme sont variés. Dans une petite biobanque, le métier inclut souvent une grande majorité des compétences. A l'inverse, dans une grande biobanque les postes sont plus spécialisés.
 
  • Manager opérationnel / Coordinateur de biobanque ou d’un réseau de biobanques
  • Chargé de développement ou responsable d'une plateforme au sein d'une biobanque (stockage, transformation, analyses...)
  • Chef de projet dans une biobanque
  • Responsable Qualité d’une biobanque ou d’un réseau de biobanques
  • Ingénieur hospitalier de la biobanque
  • Chargé de mission / Chargé de projet / Chargé d’étude
     

Quelques exemples de postes intégrés par les diplômés à leur sortie :
  • Edouard : coordinateur adjoint de projet dans la biobanque du CHU de Limoges
  • Guillaume : responsable de la biobanque de NeuroBioTec, au sein des Hospices Civils de Lyon
  • Violaine : chef de projet dans la biobanque du CHU de Reims
  • Virgile : responsable de biobanque au CEA de Fontenay-aux-Roses
  • Florent : responsable management dans la biobanque de l'hôpital de la Pitié Salpétrière
  • Kevin : ingénieur hospitalier au CHU de Nice, au sein de la biobanque LPCE
  • Amithys : responsable de la tumorothèque OncoNeuroTek à l'Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière de Paris



Pour en savoir plus sur l'insertion professionnelle


Retour à la page précédente